Exemple

Danser pour une bonne santé physique et mentale

C’est de plus en plus connu et reconnu, danser, c’est bon pour le moral! Effectivement, la danse a l’avantage de créer les mêmes effets que le sport, et ce, tout en se prenant pour Alex pendant son audition dans Flashdance. Que demande le peuple ?

Bon pour le corps, même pour le Parkinson

En plus d’être bonne pour le cœur, les muscles et les capacités respiratoires, la danse se démarque particulièrement pour ce qui est de l’entretien de nos articulations ainsi que pour tonifier notre équilibre et notre souplesse. Il est fascinant de constater, selon une étude de la Washington University in St.Louis, que des patients atteints de Parkinson avaient, après 20 classes de tango classique, améliorés significativement leur équilibre et leur mobilité comparativement à des patients qui avaient fait de l’exercice conventionnel[1].

La danse, combinée également aux effets bénéfiques de la musique, a même un certain pouvoir euphorisant, soit celui de reconnecter à des souvenirs heureux, de se sentir léger ou en extase. Cet état peut même se rapprocher de celui de l’hypnose. Ce n’est pas pour rien que les premiers hommes tournaient à répétition sur eux-mêmes pour s’enivrer.

Bon pour le corps, bon pour le cœur

En effet, on pourrait qualifier la danse de sport-plaisir, car le plaisir est central dans l’exercice de la danse, contrairement aux différents sports qui misent davantage sur la performance. En ce sens, la musique contribue également à faire oublier l’effort.

Mais je préfère encore plus le qualificatif de sport-art, car la danse sollicite autant le corps, le social, le mental que les émotions, bref, le sensible.

Aussi, lorsque l’on entreprend d’apprendre de nouveaux mouvements ou une chorégraphie, les effets sont assurément positifs sur l’attention, la concentration et la mémoire. Certaines études ont démontré qu’elle peut même aider à éviter les effets négatifs de l’Alzheimer et autres types de démence. Et la danse peut se pratiquer à tout âge!

Des effets insoupçonnés sur la démence

Effectivement, une étude de 21 ans a été effectuée sur des personnes âgées à l’Albert Einstein College of Medicine à New York[2]. L’étude voulait vérifier si les activités récréatives autant cognitives que physiques avaient des effets bénéfiques significatifs sur l’acuité mentale des personnes souffrant de démence ou d’Alzheimer. Il est ainsi apparu que danser fréquemment était de loin le meilleur moyen de réduire les effets de ces maladies (lire 35%, faire du vélo et nager 0%, faire des mots croisés au moins 4 fois par semaine 47%, danser fréquemment 76%!).

Qu’est-ce qui causent ces améliorations cognitives ? Dans cette étude, le neurologiste Robert Katzman propose que ces personnes deviennent plus résistantes aux effets de la démence en stimulant les connections dans le cerveau. Et ça, c’est parce qu’en dansant, on est amené à prendre plein de décisions rapidement, notre acuité mentale est ainsi renforcée.

La danse, un sport-art relationnel

Aussi, la danse permet de s’exprimer tout en se reliant à soi et à l’autre. En effet, certaines formes de danse vont favoriser l’introspection, d’autres le défoulement et d’autres encore la connexion à son partenaire et même la séduction. C’est qu’il y en a pour tous les goûts. Et il est vrai que quand on danse dans un groupe, on ne se sent jamais seul. La danse de couple peut être une solution intéressante pour établir ou rétablir un rapport de séduction et augmenter la confiance en soi et en l’autre.

Faire une activité ou un cours de danse peut ainsi aider à combattre la dépression et la sensation de vide au troisième âge, par exemple, mais aussi à toutes les étapes de la vie. J’ai souvent reçu des commentaires de participantes qui me disaient que mes ateliers les avaient aidées à sortir de l’isolement, et à sortir de leur tête aussi.

Faire taire le petit juge et améliorer sa confiance en soi

Pour danser, on le sait, aucun matériel n’est nécessaire. Seulement son corps… et peut-être aussi un peu de lâcher prise pour se permettre de se laisser aller sans peur du jugement. En tout cas, c’est ce que j’essaie de faciliter dans ma pratique : laisser émerger nos élans spontanés plutôt que les freiner. Parce que le petit juge qui me rabaisse dans ma tête, je le connais bien. Et j’ai dû l’apprivoiser et apprendre à le faire taire. Il revient encore, il fait des tentatives de récidive, mais je suis aux aguets avec lui, le petit sournois.

À bien des égards, la danse fait un excellent travail pour améliorer l’estime et la confiance en soi. Je crée d’ailleurs toujours une ambiance de confiance et de bienveillance pour permettre aux participantes de s’exprimer librement et c’est dans cette expression intime qu’elles se révèlent à elles-mêmes sous une forme renouvelée. En expérimentant une nouvelle image d’elle-même ainsi que de nouvelles sensations, une transformation s’effectue. Le fait de donner parole à son corps devient un outil indiscutable pour se découvrir autrement.

Sortir de sa tête, entrer dans son corps

Assurément, la danse permet de sortir de la routine, de sa tête et de rentrer dans son corps, dans ses sensations, dans le moment présent, dans le jeu même. La danse a souvent pour effet de donner un regain d’énergie et se révèle une alliée précieuse pour contrer le stress.

En 2012, une étude effectuée au Centre for Health Care Sciences en Suède avait pour objectif de découvrir quelle influence pouvait avoir la danse sur des jeunes filles souffrant de troubles psychosomatiques récurrents résultant du stress (maux de dos, de tête, d’estomac, fatigue, etc.). 59 jeunes filles âgées de 13 à 18 ans ont donc suivi des cours de danse contemporaine, africaine ou modern jazz pendant huit mois, deux fois par semaine.

Il a ainsi été démontré qu’elles développaient davantage leur estime d’elles-mêmes et leurs pensées positives que le groupe contrôle (53 jeunes filles) et elles maintenaient ces bénéfices pendant au moins un an. L’objectif était de donner une opportunité à ces jeunes filles d’éprouver leur corps de façon positive, selon Anna Duberg, l’auteure de l’étude[3].

C’est pour toutes ces raisons et bien plus encore que je fais de la danse mon alliée principale depuis plusieurs années.

Venez découvrir mon approche en vidéo ici.

Pour vous inscrire à un atelier.

Me suivre sur Facebook.

Me suivre sur Instagram.

Pour vous inscrire à ma chaîne Youtube.

Je serais ravie de lire vos commentaires.

[1]https://source.wustl.edu/2008/01/tango-improves-balance-mobility-in-patients-with-parkinson-disease/

[2] http://www.nejm.org/doi/ref/10.1056/NEJMoa022252#t=references

[3]http://jamanetwork.com/journals/jamapediatrics/fullarticle/1390784?buffer_share=1f0aa&utm_source=buffer

31 octobre 2017

Catégories: Billet

Facebook Twitter Google LinkedIn Pinterest Email

2 commentaires sur “Danser pour une bonne santé physique et mentale

  • Danse et passion

    En effet, la danse possède beaucoup d’avantages pour ses pratiquants. Moi-même je suis plus relaxé après une bonne séance de danse et cela permet aussi de bien socialiser avec d’autres personnes. On a moins de stress et notre corps peut libérer toutes les tensions accumulées durant la journée. En tout cas, merci pour ton partage.

    Répondre
    • Noémie Dubuc

      Merci beaucoup pour ton commentaire 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *