Un moment donné j’ai compris que si je ne prenais pas soin de moi, personne n’allait le faire à ma place. Pi que si personne ne s’en occupait, ben ma machine allait finir par fatiguer, mon instrument par rouiller, mon moteur par étouffer…

J’ai compris que j’avais besoin d’être bien dans mon corps et dans ma tête pour bien fonctionner pi relever les défis quotidiens de la vie.

Par exemple, la fatigue ça joue vraiment sur mon système. Je peux endurer 2 ou 3 jours de fatigue et de manque de sommeil, gros maximum. Après ça je commence à avoir le moral à plat, j’ai tendance à être déprimée, moins motivée et être plus négative sur tout.

J’ai aussi remarqué que j’ai besoin de créer de l’espace dans moi pour mieux accueillir les situations qui se présentent. Comment je t’expliquerais ben ça…

Y faut que ça sorte tu comprends ? Que j’évacue… le stress, les émotions qui me rentrent dedans, parfois celles des autres. Si je laisse tout ça rentrer sans m’en occuper, ça s’accumule pi ça rempli ma capacité d’accueil. Fais que si tu m’arrives avec une situation problématique, ça se peut fort bien que je n’ai plus aucune disponibilité pour ça.

Pi c’est exactement dans ces moments-là que je réagis mal, genre que je deviens vraiment impatiente. Pi après ça je m’haïs d’être si poche, je culpabilise, pi ça fait juste rajouter du schmu dans le réservoir…

Trouver sa méthode

Le yoga me fait du bien. C’est une belle pratique. Ça m’aide à me concentrer, me recentrer, gérer  mon stress, me tonifier.

Je chante dans une chorale aussi. J’adore! C’est trop l’fun! Ça me fait rencontrer plein de monde, pi chanter en chœur, c’est tellement beau, tellement bon pour le cœur! Ça met assurément de la joie dans ma vie.

Mais ya rien comme danser pour sortir le méchant, évacuer, me défouler pi en même temps me reconnecter directement à ma nature profonde, ce qui m’habite et vibre en moi.

Pi se retrouver en groupe pour danser, c’est encore mieux. Ça me permet de me relier aux autres, d’avoir de l’empathie pour ce que les autres racontent et du même coup, ça m’aide à en avoir pour moi-même. Ça pratique ma compassion.

 

Le livre de mon ami Simon Boulerice qui te donnera le goût de danser 😉